Le français québécois, qu’est-ce que cela mange en hiver?

Fondateur de l’école de perfectionnement en traduction Magistrad et vice-président du cabinet de traduction québécois Edgar, François Lavallée entretient une passion sans borne pour le français québécois et le français tout court, passion double dont témoignent notamment ses 15 000 contributions au wiktionnaire.

François nous fera l’honneur de sa présence au congrès CTF2020, pour deux interventions très attendues. Le vendredi, il se demandera d’où vient cet îlot de francophonie en Amérique du Nord… et son accent si particulier. Il répondra succinctement à ces questions, tout en faisant état de quelques caractéristiques du français québécois et en abordant le rapport complexe qu’entretient le Québécois – et le traducteur québécois – avec sa langue.

Le samedi, il donnera un atelier sur la pratique même de la traduction, qu’il a intitulé « La dépersonnalisation, voie royale vers l’efficacité des traductions ? »  Il se demandera dans ce cadre comment produire un texte léger et efficace et rappellera que le français a un truc bien à lui, qu’on a tendance à oublier quand on traduit de l’anglais, parce que l’anglais, lui, fonctionne autrement. C’est le mode impersonnel. Il vous invitera à venir découvrir les nombreuses facettes de ce mode, qui saura vous affranchir du mot à mot de façon aussi efficace qu’inattendue.

%s