«Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin»: Éliane Viennot présente au congrès «Traduction en francophonie»

Objet de réflexion, de travail scientifique et de polémique depuis une quarantaine d’années, la «féminisation» de la langue française a récemment connu un changement d’approche. Il apparait désormais que la fameuse question des «noms de métiers, fonctions, titres et dignités» n’était que la partie émergée de l’iceberg, mais aussi que la domination du masculin sur le féminin dans les discours et la syntaxe est pour l’essentiel un phénomène construit. La communication s’attachera à montrer les domaines où la langue a été masculinisée, et les différentes ressources qu’il convient de mobiliser pour nous exprimer sans sexisme, dans le double respect de la langue et des valeurs dont nos sociétés se réclament aujourd’hui.

Auteure, entre autres, des ouvrages «Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin» et «Le langage inclusif: pourquoi, comment», Éliane Viennot a enseigné la langue et la littérature française dans les universités de Seattle (USA), Nantes, Corte, Saint-Étienne, et elle a été dix ans membre de l’Institut universitaire de France. Chercheuse engagée en faveur de l’égalité, elle étudie les écrivaines de la Renaissance, les actrices politiques de ce temps, l’histoire des relations de pouvoir entre les sexes en France, la Querelle des femmes, et ses conséquences dans la langue française. Pour découvrir son travail : www.elianeviennot.fr 

%s